Des obligations pour choisir votre serrurier en toute connaissance de cause

Parce que faire appel à un serrurier peut constituer une situation stressante pour certains, ce professionnel de la serrurerie est soumis à de nombreuses obligations et contraintes, toutes destinées à vous protéger.

Le serrurier de proximité, un professionnel connu et reconnu pour ses capacités

Bien qu’aujourd’hui, la tendance de l’ubérisation permet à tout un chacun de proposer ses services y compris dans le domaine de la serrurerie, le serrurier de Paris , Marseille, Nancy ou de toute autre ville de France  doit pouvoir vous assurer d’un professionnalisme reconnu de tous les spécialistes. Parce qu’il est artisan, le serrurier indépendant doit pouvoir justifier d’un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) ou alors d’un BEP (Brevet d’études professionnelles). Cela vous assure de pouvoir faire appel en toute sérénité à votre serrurier de proximité, qui doit, en s’appuyant sur sa formation, pouvoir s’adapter à toutes les situations. S’il ne peut pas justifier de ces qualifications, le serrurier devra en revanche pouvoir justifier de 3 années d’exercice.

Votre serrurier est nécessairement et obligatoirement inscrit au répertoire des métiers. Ces contraintes légales, liées à l’exercice de la professionnelle, ne sont pas les seules à peser sur les épaules du serrurier. En effet, ce professionnel se doit également de respecter les normes qui ont été décidées par les autorités publiques vis-à-vis des professionnels intervenant au domicile de leurs clients. C’est pourquoi, avant de faire appel à un serrurier à Paris ou ailleurs, assurez-vous de bien connaître les obligations, auxquelles le serrurier doit se plier.

Le serrurier, un partenaire de confiance à choisir en toute sérénité

Dans la très grande majorité des cas, lorsque vous faites appel à un serrurier, votre principale préoccupation réside dans le montant de la facture que vous devrez payer. Cette angoisse du montant de la facture du serrurier est née suite à la multiplication des cas, où des serruriers indélicats ont abusé de la situation de faiblesse de certains de leurs clients. Saisie par ces clients, la Direction générale de la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) est à l’origine d’une nouvelle réglementation qui s’applique à tous les professionnels, qui interviennent régulièrement au domicile de leurs clients. Les serruriers sont concernés au même titre que bien d’autres professions. Toutes ces professions doivent désormais faire connaître à leurs clients les tarifs qu’ils pratiquent avant même que ces derniers ne se décident ou pas dans les travaux à réaliser.

Ainsi, vous devez connaître les tarifs du serrurier avant même d’accepter ou de refuser l’intervention de l’entreprise de serrurerie que vous avez contactée. Cette publication et cette information liée aux tarifs pratiqués sont essentielles pour vous garantir de pouvoir choisir en toute sérénité.

Faites confiance à votre serrurier de proximité en l’appelant pour tous vos travaux

Cette prise de connaissance des tarifs du serrurier reste un atout considérable, lorsque vous devez faire intervenir un serrurier en urgence. Le jour, où vous constatez que vous avez été victime d’une tentative d’effraction ou d’un cambriolage, vous cherchez avant tout à protéger vos proches et vos biens. Aussi la sécurisation de votre domicile après un cambriolage s’impose comme une des priorités. Avec cette mesure de la DGCCRF, vous pourrez, même dans ces situations extrêmes, disposer d’un premier avis estimatif des dépenses afin d’accélérer encore plus la prise de décision.

Cela s’avérera nécessaire et utile si vous êtes confrontés à une porte close devant votre domicile. Il devra alors vous proposer de prendre connaissance des tarifs avant de l’autoriser à procéder à l’ouverture de porte, qui vous libérer de cette situation traumatisante. Vous pourrez bien évidemment demander un devis à votre serrurier pour tous les travaux (en urgence ou dans le cas de projet de rénovation et/ou de sécurisation de l’habitat) que vous souhaitez lui confier.

Dans tous les cas, à votre demande, le serrurier professionnel devra vous établir une facture ou une note, permettant de contester par la suite le montant demandé au vu des tarifs que vous lui avez présenté.

Ces quelques mesures légales permettent donc bien de choisir votre professionnel en parfaite tranquillité, puisque vous êtes assurés que vous confiez votre sécurité à un professionnel compétent d’une part, et que les tarifs pratiqués sont conformes à ceux constatés sur le marché.

Comment tester votre installation électrique en 3 minutes ?

Vous voulez savoir si vous êtes réellement en sécurité chez vous ? En 3 minutes seulement, vous pouvez faire la vérification de votre installation électrique. Cet article vous donne les méthodes simples à utiliser.

La vérification des prises

Beaucoup de logements font face à des risques à cause des éléments électriques très vétustes ou bien à la mauvaise installation. Pour mieux prévenir ces risques surtout dans les anciennes maisons, un diagnostic électrique obligatoire s’impose. Vous pouvez simplifier la tâche, en faisant le contrôle des prises afin de voir si elles sont équipées de la borne de terre qui est la tige métallique mâle et des obturateurs dans les deux pôles femelles. L’obturateur est un clapet en plastique qui se décale quand un appareil est branché et qui empêche un enfant d’y mettre son doigt ou un objet.

Le contrôle des tableaux électriques

Il est important de tester la conformité de votre installation électrique pour éviter des risques non négligeables. En peu de temps, vérifiez si les protections différentielles qui sont des modules écrits ID 30 mA, se retrouvent dans le tableau électrique. Si vous avez un petit logement, vous pouvez en avoir deux, mais les grands espaces ont besoin de plus de trois protections. Ce système de sécurité de haute sensibilité est rendu obligatoire pour le circuit électrique. Il faut à cet effet, un tableau des courts circuits à fusible qui garantit une protection contre les surcharges. Vérifiez le circuit de terre qui se distingue souvent par la couleur jaune ou vert, il permet d’évacuer des fuites de courant.

La vérification de la date de mise en service

La date de la mise en service de votre installation électrique est un élément central vous permettant de tester son fonctionnement. Il importe de voir, si elle ne date pas de 1974 et qu’elle n’a connu depuis lors aucune rénovation. Dans de telles circonstances, il faut retenir qu’elle est probablement dangereuse. Ainsi, les installations électriques datant après 1990 sont plus sures et plus sécurisées. En effet, cette période est marquée par la mise en place de normes et de contrôles obligatoires, notamment l’utilisation de disjoncteur différentiel 30 mA ainsi que le circuit de la terre.

L’utilisation des applications

Il existe des applications gratuites, simples et très rapides permettant de se rassurer de la sécurité de votre logement. Pour leur utilisation, elles ne demandent que de répondre à quelques questions et d’envoyer des photos des fils, des prises, des interrupteurs en juste 3 minutes. Elles vous mettent aussi en relation avec des professionnels qui vous fourniront un bilan complet de l’installation voire même un devis, si des rénovations sont nécessaires. Ce sont des applications téléchargeables qui fonctionnent comme des services aux particuliers permettant d’anticiper les risques et d’encourager le contrôle de sécurité électrique dans les résidences.

 

Conversion d’un tiroir en range-chaussures

Nos anciens meubles peuvent toujours bénéficier d’une nouvelle vie. C’est ainsi qu’un vieux tiroir peut rapidement être transformé en un pratique rangement pour chaussures. Tout ce que vous avez à faire, c’est de vous procurer quelques outils pour procéder aux modifications. Vous pourrez ensuite glisser le meuble de rangement sous votre lit. Désormais, vous n’aurez plus à perdre de temps à rechercher une paire qui se serait « échappée ». Vos chaussures seront bien en place.

Comment convertir un tiroir en un range-chaussures ?

Si vous avez chez vous un tiroir qui ne vous sert plus réellement et dont vous voulez vous départir, vous pouvez le transformer et en faire un range-chaussures. Pour cela, vous devrez absolument vous procurer une scie, une boite à onglets, une colle blanche, un filet adhésif, quelques clous, un pinceau (ou un rouleau mousse) et des bandes de ruban-cache. Vous allez commencer par découper le tiroir et c’est là que la scie interviendra. Les lattes découpées seront apposées sur les côtés, la façade et l’arrière du tiroir. Vous allez ensuite retirer le lustre après avoir enlevé la poignée et poncé légèrement l’extérieur du tiroir. Les lattes seront collées sur la façade et sur les côtés du tiroir à l’aide du filet adhésif et des clous de finition seront finalement plantés pour solidifier le tout. Une fois que vous aurez fini, vous pouvez procéder à la peinture. Prenez toutefois la peine d’appliquer une couche d’apprêt sur les surfaces au préalable et des bandes de ruban-cache sur les endroits qui doivent être peints. Le reste se fera facilement.

Un rangement pour chaussures, que des avantages !

Le rangement pour chaussures peut s’avérer beaucoup plus bénéfique qu’on ne le soupçonne réellement. Combien de fois une personne est arrivée en retard parce qu’elle ne retrouvait pas sa paire de chaussures ? De plus, le rangement vous permettra de maintenir votre demeure parfaitement bien organisée. Il n’y a rien de tel que les chaussures éparpillées pour ruiner la déco d’une pièce. Que vous soyez un homme ou une femme, vous avez toujours la possibilité de transformer un vieux tiroir et d’en faire un range-chaussures. Si vous ne vous sentez pas capable de manier une scie, vous pouvez faire appel à un voisin ou un ami pour qu’il se charge du travail. Bien évidemment, vous avez également la possibilité de contacter un menuisier. Le rangement de chaussures vous permettra également de maintenir vos souliers en parfait état. Dans ces conditions, vous aurez la possibilité d’utiliser votre collection de chaussures durant de longues années. Ce genre d’idées de rangement créatives et intelligentes représente également des économies non négligeables. L’individu n’a même pas besoin d’acheter un meuble de rangement pour ranger ses paires de chaussures.

 

Trucs simples pour économiser l’eau dans la salle de bain

L’être humain consomme une grande quantité d’eau surtout dans la salle de bains. Car dans ce lieu, se trouvent les toilettes, la machine à laver, la douche, etc. Mais il existe des trucs simples pouvant aider à économiser ce précieux liquide dans la salle de bain.

Apprendre à fermer le robinet après le brossage et le rasage

Nombreux sont ceux qui, après s’être brossé les dents négligent de fermer le robinet, laissant couler l’eau. Un bon réflexe est de se dire que tout ce qu’on ouvre doit être refermé. Après le brossage, dites-vous que le robinet ne s’est pas ouvert tout seul et refermez-la. C’est un geste simple qui vous permettra d’économiser l’eau.

Avant d’aller au travail, certains adultes se rasent, laissant couler un filet d’eau. Après le rasage, ils négligent de refermer ce robinet qui entraîne des coûts supplémentaires.

Ce genre de gestes simples vous fait économiser 8760 litres par année!

Astuces pour économiser l’eau pendant la douche

Il existe des personnes qui aiment passer un long temps sous la douche, fredonnant des chansons ou se laissant emporter par les pensées. Où préférant un bon bain chaud dans lequel ils passent beaucoup de temps. Dans ce genre de situations, il faut vous équiper d’un minuteur de douche qui vous préviendra lorsque vous essayez de passer plus de temps que prévu. Un appareil qui vous aide doublement, car vous permettant d’économiser de l’eau et d’arriver plus tôt au travail.

Ceux qui ne sont pas tentés par cette méthode peuvent utiliser un réveil ou un chronomètre. Cet outil simple permettra de respecter le temps de douche que vous vous êtes fixé. Il faut également préférer la douche au bain qui peut être réservé pour le week-end et les jours fériés.

Être vigilant par rapport aux fuites d’eau

Les fuites contribuent grandement au gaspillage de l’eau. Pour une économie d’eau, vous devez être vigilants quant aux fuites dans votre tuyauterie et procéder aux réparations le plus vite possible. Pour ce faire, il existe des produits anti fuite pour aider à la réparation dans les meilleurs délais. Mais avant la réparation, coupez l’alimentation en eau.

Pour les tuyaux en cuivre, l’utilisation d’un ruban adhésif spécial aussi appelé auto amalgamant, ou le mastic bicomposant qui, en plus d’être adhésif, est durcisseur. Le ruban doit être appliqué en spirale. Pensez à dépasser la fuite de cinq centimètres de chaque côté. En réparant une fuite avec du mastic, pensez à enfiler des gants. Le mastic doit être mélangé jusqu’à l’obtention d’une couleur homogène et appliqué sur la fuite. Patientez environ deux heures, le temps que le ruban ou le mastic tiennent avant de remettre l’eau en marche.

La fuite peut également se situer au niveau d’un joint. Vérifier s’il ne s’agit pas d’un problème de serrage, si c’est le cas, il vous suffit de resserrer le joint.

 

Votre maison s’affaisse ? Signes, conséquences et solutions

Lorsque vous vivez dans votre maison depuis longtemps et constatez qu’elle a des changements anormaux, le mieux est d’essayer de voir ce qui se passe. En effet, elle peut être en train de s’affaisser. Découvrez donc les signes d’un affaissement.

Les signes d’un affaissement

Généralement, une maison qui s’affaisse à des portes qui bien ayant subi des réajustements ne se ferment plus correctement. Aussi, elle a des fenêtres dont l’étanchéité n’est plus bonne et qui se coincent. Elle est en outre fissurée à l’intérieur, à l’extérieur et sur les fondations. Si, vous découvrez tous ces signes dans votre maison, dites-vous qu’elle est en train de s’affaisser. Mais, à quoi cet affaissement est-il dû ?

Les raisons d’un affaissement

Un affaissement peut être dû à plusieurs choses. C’est le cas, lorsque l’urbanisation s’est développée. Aussi, lorsqu’il y a de grands arbres à côté de la maison, les racines qui se développent peuvent causer un affaissement. De même, lorsque les sols sont secs pendant la sécheresse ou lorsqu’il y a des vibrations causées par la circulation et tant d’autres causes. Par ailleurs, si les fondations de votre maison sont faites sous le niveau de la nappe phréatique du sol l’entourant en plus d’un drainage mauvais pour l’évacuation de l’eau qui se trouve autour de la fondation, cela peut causer un affaissement, car il se produira un effet de lavement du matériau sous la dalle de béton du sous-sol. Après avoir connu les causes de l’affaissement, découvrez les conséquences et les solutions qui peuvent être prises.

Conséquences et solutions

Lorsqu’il s’avère que votre maison est en train de s’affaisser, vous êtes dans l’obligation d’agir sinon, le pire pourrait en découler. En effet, votre maison peut un jour s’affaisser et vous causer des dommages énormes. Vous pouvez aussi si vous tardez à réagir, avoir des travaux d’une grande ampleur et financer une fortune pour les rénovations. Ainsi, pour éviter tout cela, le mieux est de demander à un professionnel de vous faire une expertise de la maison. Assurez-vous que le professionnel soit compétent. Ce dernier peut après expertise vous aider à résoudre le problème en posant des pieux à la base de votre fondation, pour ensuite essayer de stabiliser votre maison.

Il est donc important d’avoir l’habitude de bien surveiller les changements que connait votre maison pour pouvoir rapidement détecter les signes d’un affaissement afin de pouvoir réagir pendant qu’il est temps. Sinon, la nature des travaux risque d’être énorme et le budget financier pour le projet de rénovation conséquent. Et, pire la maison peut un jour s’affaisser définitivement ce qui peut être très grave, car des pertes énormes peuvent en découler. Pensez à votre sécurité et à votre budget pour agir rapidement.

 

Le facteur se casse une jambe en glissant sur mon balcon : peut-il me poursuivre ?

Il peut souvent nous arriver certaines mésaventures, nous avons tous un facteur, que se passerait-il  s’il glissait sur votre balcon et se cassait une jambe ? C’est un fait certes étrange, mais il est important de savoir comment réagir au cas où ce dernier voudrait vous poursuivre. Il faut savoir qu’en matière de droit au Québec  votre responsabilité n’est engagée que s’il y a l’existence d’une faute de notre part, d’un dommage et d’un lien de causalité.

La faute

C’est l’élément déclencheur, il faut qu’il y ait existence de faute. Dans le Code civil québécois, pour qu’il y ait existence de faute, il faut deux éléments, le manquement au devoir de prudence de la part de celui qui commet la faute, mais aussi ce dernier doit être doué de raison. S’il manque un seul de ces faits, il n’y aura pas existence de faute. Il se peut par exemple que la glissade soit causée par un cas de force majeure et dans ce sens vous n’êtes pas en faute, car il n’y a pas de négligence de votre part. L’autre élément est que celui qui est accusé d’avoir été fautif soit doué de raison, si c’est une personne qui est dépourvue de raison, là aussi il n’y a pas existence de faute.

Le dommage pour le facteur

C’est le préjudice subi par la victime, il faut nécessairement qu’il soit physique, moral ou matériel. C’est l’élément qui détermine s’il y a une conséquence après la faute commise. Sans ce dernier, il n’y a plus existence de faute. Il est donc important pour celui qui a subi un dommage puisse le prouver en démontrant en quoi il a été victime.

Le lien de causalité

C’est le lien qui détermine si  le dommage subi  est en effet la conséquence de la faute commise. Ce lien est important dans le sens ou c’est l’élément qui rattache les deux évènements qui se sont passés auparavant. Il se peut que le facteur tombe et qu’il ne sente pas le moindre dommage et revienne quelques jours ou semaines après pour se plaindre. En ce moment, il lui faudra prouver que la chute qu’il a subie a en effet été la cause de sa blessure.

Dans ce cas de figure, le facteur peut toujours vous poursuivre, mais la charge de la preuve lui incombe. Ce dernier devra dans tous les cas prouver d’abord qu’il y a l’existence d’une faute qui lui a été fatale soit du point de vue corporel, moral ou matériel  et il faut de plus qu’il y ait un lien de cause à effet entre  ces différents éléments. Si le facteur arrive à prouver tous ces éléments, la justice québécoise à travers son Code civil a préparé des sanctions adéquates qui se manifestent par une réparation du préjudice par la remise d’une somme qui couvrira les dommages et intérêts.